Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 13:27

 

 

Les désarrois de l'élève Törless est le premier roman de l'écrivain autrichien Robert Musil. Sorti en 1906 et traduit en français par Philippe Jacottet, le livre a également été adapté au cinéma en 1966 par le réalisateur Volker Schlöndorff. Le roman totalise un peu plus de 200 pages ce qui en fait une lecture plus rapide que L'homme sans qualités et offre donc une première approche plus facile.

 

De quoi parle le roman ? A priori, l'histoire ne semble pas tentante quand on lit un résumé facutel du roman. Il s'agit en effet de l'histire de Törless jeune adolescent admis dans une école militaire où il va faire la rencontre de plusieurs camarades et être amené à tourmenter l'un d'entre eux. Factuellement, c'est ce dont il s'agit mais lire un roman de Musil de manière purement facutelle relèverait de la trahison vis-à-vis de l'esprit développé dans ses oeuvres. En effet, ici, comme dans L'homme sans qualités, les faits sont au service de l'esprit et de la réflexion, l'action ne survient pas de l'impulsion et tout est décrit avec minutie. Ainsi, les réactions et réflexions de Törless sont décrites avec précision afin de voir l'évolution intellectuelle et spirituelle se dessiner. Törless est d'abord spectateur des tourments infligés à Basini, son camarade de classe, avant d'y prendre part d'une manière bien particulière. L'action est sans cesse précédée de réflexion et c'est d'autant plus vrai que viennent se greffer sur ces faits d'autres pensées a priori totalement déconnectées. L'exemple le plus parlant est sans doute celui du questionnement à propos des nombres imaginaires et de leur statut. Cette question va vite faire intervenir des éléments de théorie de la connaissance (comment conaissons-nous et appréhendons-nous la réalité ?) qui vont se répercuter dans les actions de Törless. Il se dessine alors un réseau de réflexions entremêlées, un enchevêtrement décrivant bien la complexité que revêt parfois l'esprit humain et c'est la grande force des histoires de Musil, décrire avec précision l'évolution de l'esprit, ses interactions avec le monde sensible. Alors oui, l'histoire peut sembler peu intéressante dans les faits mais ce qui se dessine derrière l'est autrement plus ce qui donne un véritable relief au roman, véritable récit d'initiation en pensée.

 

Quid du style littéraire ? Eh bien de ce côté, Musil montre, à ses débuts, un talent similaire à celui de L'homme sans qualités. Sans pour autant atteindre la qualité de style de son opus magnum , il parvient déjà à développer une description précise de l'esprit humain et de ses interactions avec la réalité. Le style est toujours exigeant mais peu rébarbatif car cette exigence est au service de la réflexion développée. On retrouve donc des descriptions précises des atmosphères et des sentiments, des ressentis éprouvés au long de l'histoire. Tout ceci sert à nouveau le propos principal car sans cette précision, ce dernier s'en trouverait amoindri alors qu'ici l'histoire en devient plus vivante. 

 

Du négatif ? Il n'existe sans doute aucune oeuvre vraiment parfaite et c'est pourquoi on peut toujours trouver des reproches à faire même quand ceux-ci sont minimes. S'il fallait pointer un défaut, ce serait la pertinence de 2 ou 3 réflexions. Bien entendu, ceci est purement subjectif comme l'est tout avis mais certaines pensées m'ont semblé parfois encombrer un peu l'histoire. Il y en a fort peu, la plupart étant pertinentes et bien placées mais je ne peux nier leur existence. Ce serait a priori le seul vrai point négatif que je relèverais. 

 

En conclusion, Les désarrois de l'élève Törless est un roman à lire pour les réflexions qu'il développe sur la théorie de la connaissance et leurs interactions avec des faits bien concrets, à nouveau le passage de l'idée à la réalité, de la théorie à la pratique. Le roman se lit de bout en bout une fois plongé dedans, les événements s'enchaînent de manière logique et le tout se conclut en une ultime réflexion, résultat de toute cette histoire. Une fois de plus avec Musil, la réflexion et les idées montrent un caractère épique.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : La grande bibliothèque d'Arkatangh
  • : Archives, lectures et savoirs ancestraux d'un monde disparu.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens